Search by category:

Actualités COVID-19 aujourd’hui: Ottawa exhorte les provinces à partager les vaccins AstraZeneca si elles ne peuvent pas les utiliser avant leur expiration

Un travailleur médical prépare une dose du vaccin Oxford-AstraZeneca COVID-19, le 18 mars 2021.

YVES HERMAN / Reuters

Le gouvernement fédéral exhorte les provinces à ne pas gaspiller des milliers de doses de vaccin AstraZeneca qui expireront dans quelques jours.

Dans une lettre adressée à ses homologues provinciaux et territoriaux, la ministre fédérale de la Santé Patty Hajdu encourage les provinces qui ne sont pas en mesure d’acheminer leurs doses d’AstraZeneca dans les bras d’ici la fin du mois à les donner aux provinces qui le peuvent.

Elle offre un soutien fédéral pour s’assurer que les doses ne sont pas gaspillées.

L’histoire continue sous la publicité

Hajdu dit que l’Agence de la santé publique du Canada peut aider à la logistique et à la coordination si une province ou un territoire conclut qu’il ne peut pas utiliser toutes ses doses avant la date d’expiration et souhaite les transférer ailleurs dans le pays.

La question devrait être débattue plus avant aujourd’hui lors de la conférence téléphonique régulière du premier ministre Justin Trudeau sur la pandémie avec les premiers ministres.

On ne sait pas combien de doses risquent d’être gaspillées, mais l’Ontario se bouscule pour utiliser quelque 45000 injections d’AstraZeneca d’ici la fin mai, et 10000 autres devraient expirer en juin, tandis que le Manitoba a déclaré qu’il avait 7000 doses qui expireront. dans quelques jours.

La plupart des provinces ont arrêté d’administrer les premières doses d’AstraZeneca plus tôt ce mois-ci en raison du risque que les receveurs développent une maladie de coagulation sanguine rare mais potentiellement mortelle. Le risque de formation de caillots sanguins est bien moindre après la deuxième injection.

Vendredi dernier, l’Ontario a annoncé qu’il commencerait à administrer des secondes doses du vaccin à ceux qui ont reçu une première injection d’AstraZeneca entre le 10 et le 19 mars.

Mais depuis lors, les personnes éligibles qui tentent d’accéder à ces deuxièmes injections ont eu du mal à trouver des pharmacies qui ont réellement des vaccins AstraZeneca à administrer.

Dans sa lettre à ses homologues provinciaux mercredi, Hajdu note «une préoccupation croissante concernant les doses du vaccin AstraZeneca (AZ), qui expirera à la fin du mois de mai».

L’histoire continue sous la publicité

«En particulier, je veux offrir un soutien pour m’assurer que ces doses sont utilisées avant leur expiration afin de nous permettre de continuer à offrir des secondes doses aux Canadiens et d’éviter le gaspillage de vaccins», dit-elle.

«La minimisation du gaspillage nous permettra d’offrir des secondes doses d’Astra Zeneca pour vacciner complètement les gens plus rapidement, ce qui à son tour favorisera la réouverture en toute sécurité de nos communautés et de notre économie.»

Si une province ou un territoire ne peut pas utiliser toutes ses doses d’AstraZeneca avant leur date d’expiration, Hajdu les exhorte à «communiquer avec d’autres provinces qui pourraient être bien placées pour administrer ces doses au sein de leur système».

Un candidat à la mairie de Calgary arrêté dans le cadre d’un incident anti-masquage

Un candidat à la mairie de Calgary a été arrêté à Edmonton en lien avec un incident anti-masquage dans un centre commercial plus tôt ce mois-ci.

Les agents ont arrêté Kevin J. Johnston, 49 ans, sans incident hier sur un mandat du Code criminel pour avoir causé des troubles et pour avoir participé à un rassemblement public illégal en contravention de l’ordonnance de la Cour du Banc de la Reine.

Il est allégué que le samedi 22 mai, Johnston est entré dans plusieurs magasins du centre commercial CORE au centre-ville de Calgary sans masque, et aurait insulté verbalement les employés qui lui auraient demandé d’en mettre un.

L’histoire continue sous la publicité

Il a ensuite quitté les magasins et est revenu quelques instants plus tard avec plusieurs autres personnes démasquées, qui ont confronté verbalement les employés tout en retransmettant l’événement en direct.

La ville de Calgary a déclaré que les autorités enquêtaient toujours sur l’incident.

Johnston a été un fervent partisan des manifestations contre le verrouillage et fait face à des accusations antérieures pour avoir prétendument violé les restrictions sanitaires du COVID-19.

Il doit comparaître devant le tribunal le 16 juin pour avoir enfreint une ordonnance restrictive selon laquelle il doit rester à au moins 100 mètres des agents de santé de l’Alberta et ne pas publier de menaces ou de discours haineux à leur encontre.

Un spécialiste des maladies infectieuses exprime ses inquiétudes concernant le plan de réouverture de l’Alberta

Une spécialiste des maladies infectieuses de l’Alberta se dit préoccupée par le plan de réouverture en trois étapes de la province.

La Dre Lynora Saxinger, qui travaille à l’Université de l’Alberta, dit qu’il y a peu de données à tirer sur les effets potentiels de la reprise de grands événements publics.

L’histoire continue sous la publicité

Elle souligne également que la vaccination dans la province est inégale – élevée dans certaines régions et faible dans d’autres.

Ses commentaires interviennent après que le premier ministre Jason Kenney a annoncé hier un plan de réouverture qui dépend des repères de vaccination COVID-19 et du nombre d’hospitalisations.

Il demande que les salons de coiffure et les patios des restaurants rouvrent mardi, que les repas à l’intérieur reprennent à la mi-juin et que presque toutes les commandes soient abandonnées à temps pour le Stampede de Calgary.

Le plan de redémarrage de la Colombie-Britannique est bienvenu, mais un couple reporte à nouveau le mariage

Le plan de redémarrage du COVID-19 de la Colombie-Britannique a laissé certaines personnes se démener pour déterminer si elles devraient reporter des événements marquants comme les mariages.

Emily McManus et son partenaire ont décidé de fixer une troisième date de mariage, cette fois en juillet 2022, après avoir annulé leur grand jour en août dernier et maintenant en août.

McManus dit qu’ils auraient pu rester avec leur rendez-vous cet été, mais ils ont décidé qu’ils préféraient attendre pour avoir une grande fête sans se soucier de savoir si leurs invités étaient vaccinés.

L’histoire continue sous la publicité

La planificatrice d’événements Eron Jaskow dit qu’elle a eu une rafale d’appels et de courriels après que le gouvernement a annoncé le plan de réouverture en quatre étapes.

Elle dit qu’elle dit aux futurs mariés que s’ils peuvent vivre sans la grande fête, ils devraient planifier pour cette année, mais s’ils attendent, ils peuvent trouver des traiteurs, des D-J et des lieux réservés pour 2022.

Les mesures provinciales introduites cette semaine permettent d’accueillir jusqu’à 50 invités lors d’événements en plein air, mais McManus craint que ces restrictions ne soient de toute façon assouplies d’ici l’été.

La province vise à administrer les premières doses à au moins 70% des résidents admissibles à mesure que davantage de restrictions seront assouplies, mais la modélisatrice COVID Caroline Colijn (CO’-lane) de l’Université Simon Fraser dit que ce nombre devrait être de 90% pour réduire la transmission. à mesure que de plus en plus de gens commencent à se rassembler, surtout à l’intérieur.

La Colombie-Britannique prévoit un retour à une vie normale après la fête du Travail dans le cadre de son plan de réouverture du COVID-19 en quatre étapes. Le premier ministre John Horgan affirme que le fort taux d’immunisation de la province permet à la Colombie-Britannique pour ramener lentement les gens ensemble. La Presse Canadienne

Inscrivez-vous au Bulletin d’information sur le coronavirus pour lire les actualités, les fonctionnalités et les explications essentielles du jour sur les coronavirus rédigées par des journalistes et éditeurs du Globe.

Plus d’article sur le