Search by category:

Avant le coronavirus, les vendeurs de mariage à la Nouvelle-Orléans étaient réservés. Maintenant, ils ont du mal à s’en sortir. | Actualité économique

L’organisatrice de mariage Valerie Gernhauser avait tout pour lui.

Le menu du mariage du 21 mars à Houmas House and Gardens, programmé pour l’équinoxe de printemps, était de la ferme à la table. Le décor était une collection terreuse de sauge, de fleurs tropicales et de terre cuite. Les margaritas épicées comprendraient des poivrons frais, tout comme ceux cultivés par ses clients dans leur ferme à Hawaï.

À moins de deux semaines de la fin, elle et deux douzaines d’autres vendeurs avaient tout prévu pour 150 invités. Puis la Nouvelle-Orléans a signalé son premier cas de coronavirus. Puis vint plusieurs autres.

« Onze jours, (le couple) a déclaré qu’il avait pris la décision de reporter », a déclaré Gernhauser. « C’était un appel téléphonique de 10 minutes, un que je n’oublierai jamais. »

Ce fut une déception pour le couple et le premier de nombreux grands succès financiers pour Gernhauser, avec des fleuristes, des photographes, des traiteurs et d’autres vendeurs laissés sans aucune fête.






Mariages

Valerie Gernhauser, une organisatrice de mariage à la Nouvelle-Orléans, préparait la touche finale d’un mariage prévu le 21 mars lorsqu’elle a reçu un appel quelques jours auparavant de la part des mariés demandant de reporter l’événement en raison d’un coronavirus.




Les mariages de printemps au début de la pandémie en Louisiane ont été inopinément poussés à chuter alors que des cas de COVID-19 et des décès associés ont éclaté à la Nouvelle-Orléans, conduisant à l’ordre de rester à la maison de la ville et à l’interdiction des grands rassemblements. Maintenant, même ces mariages reportés sont reportés, et les douzaines d’entreprises qui s’occupent de mariages et d’autres fêtes à la Nouvelle-Orléans ne savent pas ce qui va suivre.

Les réglementations sanitaires ont limité la taille des mariages et autres rassemblements en salle à 25 personnes à la Nouvelle-Orléans et 50 dans tout l’État. La musique live n’est pas autorisée, il n’ya pas de danse, les lignes secondaires ne peuvent pas défiler dans les rues et le service de restauration sous forme de buffet est absent.

Les vendeurs essaient de s’en sortir avec les célébrations réduites, et certains sont devenus inquiets après que le besoin de revenus les ait obligés à accepter des emplois où les limites de capacité, les mandats masqués et la distanciation sociale n’étaient pas respectés.

«Nous sommes tous propriétaires de petites entreprises», a déclaré Gernhauser. «Nous utilisons tous ces événements pour mettre de la nourriture sur la table.»

Pas de mariages, pas d’argent

Si le printemps à la Nouvelle-Orléans signifie la fin du carnaval et le début d’une série de festivals, c’est aussi le début de la saison des mariages.

Les vendeurs disent que lorsque le coronavirus a frappé, ils étaient complets avec entre une douzaine et des centaines de mariages et autres événements jusqu’en mai, avec plus de prévu pour l’automne. Chaque mariage peut signifier des milliers de dollars pour les lieux, les planificateurs et les autres fournisseurs, et il y a des impacts économiques pour l’économie en général. Selon le site Web de planification de mariage The Knot, le mariage moyen à la Nouvelle-Orléans se traduit par près de 42 000 $ de dépenses dans la ville.

Mais maintenant, l’argent se tarit rapidement. Matthew Diaz, de Mateo & Co., a déclaré que son entreprise de photographie événementielle et de portrait en studio avait perdu des dizaines de milliers de dollars rien que pour les mariages de printemps.

« Il ne fait aucun doute que nous avons subi une perte majeure cette année », a déclaré Diaz.

Alors que certaines petites affaires ont progressé, les grandes salles et les musiciens ont particulièrement été en difficulté en raison des restrictions de la ville et de l’État qui les empêchent de travailler.

Sarah Hall, présidente de Joel’s Catering et Il Mercato on Magazine Street dans le Lower Garden District, a déclaré que la limite de 25 personnes signifie peu de chances de vendre des clients en se réunissant dans un espace événementiel pouvant accueillir jusqu’à 400 personnes.

«Si ce sont 25 personnes, elles ne l’ont pas au Mercato», a déclaré Hall. «Ils vont soit reporter, soit organiser un petit mariage à la maison.»

Des problèmes de sécurité

Cependant, tout le monde ne suit pas les règles.

Le 18 juillet, environ 200 invités ont assisté à un mariage au Balcon Ballroom de Metairie en violation des règles de capacité, selon le bureau du commissaire des incendies de l’État. Le régulateur a reçu cinq plaintes concernant le lieu, selon The Lens, qui a indiqué qu’il organisait de grands événements depuis mai.

Un lieu de mariage Metairie appartenant à la famille de la conseillère de la paroisse de Jefferson, Jennifer Van Vrancken, a continué à organiser de grandes réceptions …

Certains vendeurs de mariages disent qu’ils ont dû faire face à un certain nombre de mariages qui ont repoussé les limites ou simplement ignoré les restrictions visant à ralentir la propagation du virus.

L’organisatrice de mariage Brittani Adams-Perret a déclaré qu’elle était contrariée que certains lieux – et certains couples – aient décidé d’accueillir des événements qui enfreignent la réglementation.

« Nous comprenons; nous savons que c’est émouvant. Nous savons que c’est le jour de leur mariage … mais vous mettez la vie des gens en danger », a déclaré Adams-Perret.

Diaz a déclaré qu’il comptait sur les mariages à destination pour environ les deux tiers de son revenu d’entreprise. Il craint que les personnes qui bafouent les règles puissent entraîner des épidémies qui rendent les gens malades et ruinent la réputation de la Nouvelle-Orléans en tant que destination.

« Voulons-nous vraiment perdre à l’avenir en raison de la réputation de la façon dont la ville l’a géré? » Dit Diaz.

Réduire

Même la joyeuse industrie du mariage a une vision lamentable de ce qui va arriver pour la Nouvelle-Orléans, durement touchée.

Gernhauser a déclaré qu’elle devait être réaliste avec les clients quant à leurs attentes. Mais pour les couples qui veulent passer à travers des cérémonies plus petites, elle a lancé une nouvelle entreprise, Minimal Matrimony, qui a réduit presque tous les aspects – la nourriture, la disposition des sièges, le lieu lui-même.

Elle travaille avec plusieurs des mêmes lieux, fleuristes et autres vendeurs pour créer un jour de mariage idyllique, quoique plus petit.

« Il y a beaucoup de gens qui veulent avoir de petits mariages pour commencer mais se sentent obligés par la famille », a déclaré Gernhauser.

À la recherche d’opportunités quand cela se présente, Diaz a également photographié plusieurs micro-mariages et étendu ses services à la vidéographie et au marketing pour les petites entreprises de la Nouvelle-Orléans – à peu près tout ce qu’il peut faire pour rester occupé.

« Cela vous ouvre l’esprit et détermine où se situe la demande », a déclaré Diaz.

La Plant Gallery, une salle d’exposition de jardin et un service d’arrangements floraux, a également déplacé ses activités pendant la pandémie vers la décoration de mariages dans la cour et le salon, a déclaré Victoria Clement, consultante en événements spéciaux.






Mariages pendant le coronavirus

La Galerie des plantes est passée à la décoration des arrière-cours et des salons pour les petits mariages en 2020 qui respectent les restrictions des coronavirus sur les rassemblements.




C’est le même décor auquel on pourrait s’attendre lors d’une grande cérémonie typique, avec boutonnières, arcades et luminaires, mais à la maison.

«Nous devons changer avec le temps», a déclaré Clement. «Les choses peuvent encore être belles si les choses sont à plus petite échelle.»

Les micro-mariages occupent certains vendeurs, mais ils n’attendent pas les mêmes bénéfices d’une saison de mariage normale pendant au moins quelques années.

Pour que l’industrie ait une chance de survivre, ils disent qu’ils ont besoin d’un siège à la table avec les dirigeants de la ville et de l’État pour élaborer un plan à long terme, a déclaré Hall.

«J’aimerais vraiment former un comité où nous, dans notre industrie, embauchons nos propres experts pour élaborer un plan avec la ville afin que nous puissions organiser des événements aussi sûrs que possible et soutenir notre ville», a déclaré Hall. «Je m’inquiète de la durée du chômage et de combien les entreprises vont durer.»

Plus d’article sur le