Search by category:

Elizabeth Vaziri et Jake Van Koevering

Lorsque nous demandons aux jeunes mariés de réfléchir à ce qu’ils voulaient le plus pour leur grand jour – et nous en avons interviewé des centaines au fil des ans – la réponse la plus courante est «Pour que cela ne ressemble pas à un mariage!» Mais dans une mousson de couronnes de fleurs et de tours de macaron, comment voyez-vous au-delà des tropes habituels et retirez-vous réellement une affaire sans emporte-pièce? Pour la réponse, nous avons décidé d’interroger les couples sympas dont nous voudrions vraiment voler les mariages – jusqu’aux toppers en forme de tigre. Bien que nous vivions à un moment où les célébrations de groupe sont annulées ou s’adaptent à une distanciation sociale extrême, à bien des égards, ces parties de pré-quarantaine ne sont que l’évasion dont nous avons besoin en ce moment.

Ici, nous avons parlé avec une Américaine et une Britannique, Elizabeth Vaziri et Jake Van Koevering, qui se sont rencontrées en première année à UPenn et sont revenues à Philadelphie pour leur mariage l’automne dernier. Le Philadelphia Museum of Art a appelé à des mesures spéciales – comme un insecticide particulier pour que les roses anglaises n’endommagent pas les tapisseries Rubens – et la soirée s’est terminée dans une fraternité.

Elizabeth: Je viens de Columbus, Ohio, et j’ai trois petites sœurs. Quand j’ai parlé avec ma sœur de Jake, je me disais: «M. Darcys n’existe pas vraiment dans la vraie vie, mais il est le plus proche. « 

Jake: Je suis né en Angleterre – l’anglais de ma mère, mon père est américain – mais j’habitais au Mozambique, où mes parents travaillaient, et j’ai fait un internat en Afrique du Sud. Je n’avais jamais passé beaucoup de temps aux États-Unis malgré le fait que j’y avais de la famille. Donc pour l’université, c’était quelque chose qui me plaisait. C’est pourquoi j’ai choisi Penn et étudié à Wharton. Je ne pense pas que quiconque cherche vraiment à sortir avec lui quand il commence ses études universitaires, mais nous nous sommes rencontrés et ça a fonctionné.

Elizabeth: Nous étions à longue distance après avoir obtenu notre diplôme en 2015 – j’étais à New York et il était à Philly – et il a proposé en 2018.

Jake: Quand nous avons pensé où nous voulions nous marier, nous savions que nous voulions un endroit où il y aurait une expérience partagée et de bons souvenirs – c’était naturellement Philadelphie.

Elizabeth: La famille de Jake est en fait assez petite, mais la mienne est énorme. Le côté de mon père est énorme, tentaculaire, persan. Philadelphie a un sens de l’histoire si riche, alors nous avons cherché des lieux qui refléteraient cela. Christ Church est appelée «Église des fondateurs», car elle était fréquentée par George Washington et John Adams et Benjamin Franklin. Je suis un nerd de l’histoire, donc ça m’a séduit. Les cloches de la tour proviennent de la même fonderie que la Liberty Bell, et le lustre qui pend actuellement au-dessus de l’allée a également été allumé pour le mariage de la fille de Benjamin Franklin. Par coïncidence, le jour que nous avons choisi pour le mariage, le 19 octobre, était l’anniversaire de la reddition britannique, donc c’était une blague courante comme Jake’s British et I’s American.

Jake: J’ai grandi dans l’Église anglicane et épiscopale, et mes parents sont tous deux ordonnés – mon père est évêque. Le Philadelphia Museum of Art est un monument de la ville. Lorsque vous voulez montrer la culture – les lumières de la ville – c’est un très bon point de départ.

Elizabeth: Heureusement, il était devenu disponible pour les mariages assez récemment à l’époque. Il y avait, et il y a toujours, un projet de rénovation massive par Frank Gehry pour agrandir le musée; ainsi, certaines entrées ont été fermées, mais le musée est si spécial que nous étions prêts à travailler avec cela. Parce que les espaces parlaient vraiment d’eux-mêmes, tant à l’église qu’au musée, nous ne voulions pas leur imposer notre propre vision du design – nous voulions les compléter. Au musée, la réception allait se faire dans le Great Stair Hall, qui est bordé d’une série de tapisseries Rubens, nous avons donc tiré notre palette de couleurs de celles-ci: sangs de bœuf et prunes et crèmes riches. Une tapisserie en particulier représentait en fait un mariage, Le mariage de Constantin et Fausta, et nous l’avons utilisé pour nos invitations. Un élément fondamental très important de notre planification était de travailler avec Sullivan Owen, notre designer floral. Dommage que ses fleurs ne puissent pas être dans un musée. Elle a créé ces tentacules florales romantiques pour nous – des arrangements hollandais inspirés de la nature morte pour les centres de table et les tables de tête pour évoquer l’art. Elle a utilisé des roses anglaises pour l’héritage de Jake et des renoncules perses pour refléter le mien. Elle et notre organisatrice, Styled Bride, ont veillé à ce que nous soyons en règle – les fleurs devaient être pulvérisées avec un insecticide spécifique pour s’assurer qu’aucun insecte ne pénètre dans le musée. Il y avait beaucoup de tapisseries et d’objets en tissu qui seraient particulièrement exposés si un insecte les atteignait. Nous avons également dû travailler à partir d’une liste de lieux de location de meubles agréés.

Jake: Je portais un smoking, qui était probablement l’une des décisions les plus faciles de tout ce processus. Je suis allé avec un designer-tailleur britannique, Thom Sweeney. Ils ont un magasin à New York que je fréquentais beaucoup. Ils ont principalement un style traditionnel, mais avec des coupes plus fines et des manches plus serrées – ce genre de chose. Je suis allé avec un col châle, ce qui ne me semble pas aussi courant aux États-Unis. C’était une occasion très formelle et beaucoup de gens étaient en cravate noire, mais je voulais quelque chose de plus décontracté et moderne. C’était un peu moins formel qu’un revers de pointe.

Elizabeth: Ma tante m’a convaincu d’aller chez Mark Ingram à New York, où j’ai travaillé avec un styliste nommé Tiffany, qui, après avoir entendu parler du lieu et des références historiques, a sorti cet exquis brocart de Reem Acra qui avait l’air peint avec des roses anglaises. Il était à l’origine sans bretelles, mais elle a eu l’idée de créer une silhouette épaules nues, qui compensait la fente de jambe moderne. Pour mon voile, je suis allé à Monvieve – la propriétaire, Alison, a une formation en histoire de l’art et travaille avec des artisans en Italie et en France. Nous avons choisi ce voile de rêve de longueur cathédrale, qui s’appelait en fait l’Elisabetta. Il avait un motif baroque de roses, et elle a personnalisé la couleur pour correspondre au brocart de ma robe et a ajouté une casquette Juliette.

Jake: Je me suis préparée dans un hôtel, le Logan, le même endroit où Elizabeth et ses demoiselles d’honneur se préparaient aussi. Mes garçons d’honneur étaient six gars du monde entier – Nigéria, Botswana, Afrique du Sud, Irlande, Angleterre et États-Unis – alors j’ai cousu chacun d’eux des boutons de manchette avec le drapeau de leur pays.

Elizabeth: En fait, j’ai eu du mal à m’installer sur une couleur de robe de demoiselle d’honneur parce que mes demoiselles d’honneur avaient toutes les couleurs de cheveux sous le soleil, y compris le rouge. J’ai opté pour le bordeaux parce que c’est une couleur tellement flatteuse pour tout le monde, et c’est aussi la couleur que ma mère a utilisée pour son mariage. Nous n’avons pas fait de premier regard, car je voulais préserver ce moment traditionnel de mariée qui descend dans l’allée.

Jake: Je voulais le service religieux complet, donc c’était plus long que la plupart des cérémonies auxquelles je suis allé. Nous avons incorporé beaucoup de musique – Christ Church avait un merveilleux orgue qu’ils venaient de remplacer. Je suis allé dans cet ancien pensionnat traditionnel où nous chantions des hymnes plusieurs jours par semaine au service de la chapelle. Leur organiste, Parker Kettleman, a pu intégrer autant d’hymnes et de chansons de nos origines.

Elizabeth: Hymnes anglais avec sud-africains. J’ai choisi «Largo» de Handel’s Xerxès comme mon cortège pour faire référence à ma famille perse. Nous avons rencontré le prêtre, Susan, quatre fois avant le mariage, et elle était absolument adorable de travailler avec. Elle était tellement excitée par tous les éléments multiculturels apportés d’Afrique et d’Iran.

Jake: Nous avons fait parler toutes les femmes des deux côtés de la famille – nos deux mères, ma grand-mère et les tantes d’Elizabeth ont adopté des tantes.

Elizabeth: Nous avons eu une lecture biblique et une lecture Rumi. Mon cousin l’a fait traduire du farsi et nous l’avons fait lire en farsi et en anglais. « Ce moment où nous entrons dans le verger de l’amour, les couleurs / des fleurs, les voix des oiseaux, nous donneront l’immortalité – vous et moi. » Après la cérémonie, la fête nuptiale a pris un chariot au musée et nous avons obtenu un code Uber pour tout le monde. Nous sommes allés dans les galeries pour prendre des photos, et pendant l’heure du cocktail, Jake et moi avons pris nos portraits.

Jake: Nous avons manqué l’heure du cocktail. Je pense que nos amis l’ont apprécié. Mais cela fait partie des inconvénients de ne pas avoir un premier aperçu.

Elizabeth: Nous avons eu un tas d’apéritifs. Je me souviens d’un rouleau de printemps au thon ahi. Nos cocktails de spécialité étaient un «Rubens on the Rocks» – après le musée – qui avait l’hydromel Berman et un miel Earl Grey, et un «Franklin Fizz», qui était fait avec du gin infusé au chai et du vin mousseux.

Jake: Techniquement, nous étions autorisés à aller où nous voulions, ce qui était assez étonnant. Le musée a embauché un certain nombre de membres du personnel qui étaient là pour empêcher quiconque de causer des problèmes ou de se cogner dans les œuvres d’art ou quelque chose comme ça. Nous avons fini par le limiter à quelques pièces que nous avions identifiées au préalable – peut-être quatre ou cinq. Elizabeth voulait vraiment quelques photos dans le cloître, et nous avons eu un certain nombre de jolis clichés autour des maîtres néerlandais.

Elizabeth: Nous avons fait notre entrée en bas des escaliers du Great Stair Hall. Une fois au fond, notre chef de groupe, Eddie Bruce, nous a présenté et nous avons fait notre première danse sur «Moon River».

Jake: Notre descente de l’escalier était un peu intimidante! Mais c’était un coup cool, avec 215 invités au pied de l’escalier. Il y a eu quelques discours du père d’Elizabeth et de mon père. Ensuite, nous avons remonté les escaliers pour dîner au niveau supérieur. Le groupe a joué pendant que les gens mangeaient et parlaient, et on pouvait les voir en bas des escaliers. Les invités étaient libres de se promener, de voir les expositions, de descendre au groupe, tout ce qu’ils voulaient.

Elizabeth: Le premier plat était une salade de poire Forelle farcie au fromage de chèvre. Ensuite, les gens avaient le choix entre une côte de bœuf Angus braisée au vin, un filet de branzino rôti et une polpette pour les végétaliens. Chaque table a été nommée d’après un des premiers artistes modernes, et les menus et les couverts ont fait référence à l’une des œuvres d’art que les invités ont pu voir – c’est une citation latine, mais cela se traduit par: «Sans nourriture et sans vin, l’amour se refroidit.» Nous avons fait le dessert plus tard dans la soirée parce que nous voulions vraiment mettre tout le monde sur la piste de danse.

Jake: C’était un groupe assez important et Eddie Bruce est un chanteur fantastique, mais il avait aussi avec lui un certain nombre d’autres personnes qui pouvaient chanter une variété de genres. C’était important parce que nous voulions que tout le monde l’apprécie, et pas seulement la musique de nos années universitaires. Même les gens qui n’auraient pas dû danser – comme mon père, pour être honnête – étaient sur le sol presque toute la nuit. Toutes ces personnes de différents pays se sont réunies.

Elizabeth: Ensuite, nous avons fait la découpe du gâteau, qui a été fabriqué par Nutmeg Cake Design et aromatisé aux spéculums. Nous avons dansé jusqu’à la fermeture – le musée a une coupure assez stricte, pour des raisons évidentes, avec tout le personnel là-bas. Je pense qu’il était 11h30. Nous n’étions pas prêts à arrêter de danser, alors la soirée nuptiale est allée à Dolphin Tavern. C’était l’un des bars de plongée où nous allions au collège. Les gens disaient: «Qui es-tu? Pourquoi es-tu ici? »

Jake: Nous avons terminé la soirée dans mon ancienne maison de fraternité sur le campus de Penn – frappé à la porte jusqu’à ce que quelqu’un nous laisse entrer.

Elizabeth: Nous avions tous plaisanté sur l’idée de terminer la nuit là-bas parce que sa fraternité était connue pour ses «nuits tardives» – les afterparties pour les afterparties. C’était donc la chose naturelle à faire.

Jake: Le lendemain, j’étais comme, Oh, je ne pouvais pas imaginer si j’étais à leur place et ces vieux gars sont arrivés. Je roulerais des yeux. Mais ils nous ont laissés seuls; ils dormaient tous. Et nous avons fait rage au rez-de-chaussée comme au bon vieux temps.

Plus d’article sur le