Search by category:

Dans le nouveau terrain de jeu de Dubaï, les Israéliens trouvent des fêtes, des rites juifs

DUBAI, Émirats arabes unis (AP) – C’était une scène qui, il y a quelques mois à peine, aurait été impensable. Alors que les Emiratis en robes blanches flottantes et coiffes regardaient, les mariés israéliens ont été hissés sur les épaules de garçons d’honneur portant une calotte et portés vers la piste de danse, où des dizaines de personnes se sont jointes à la foule en se balançant et en chantant en hébreu.

Noemie Azerad et Simon David Benhamou n’ont pas simplement organisé une fête de mariage un peu normale au milieu d’une pandémie qui a fermé leur pays et ravagé le monde. Ils se délectaient à Dubaï, aux Émirats arabes unis, qui, comme la plupart des pays arabes, étaient interdits aux détenteurs de passeports israéliens depuis des décennies.

Le couple faisait partie des dizaines de milliers d’Israéliens qui avaient afflué aux Émirats arabes unis en décembre après que les deux pays aient normalisé leurs relations dans le cadre d’un accord révolutionnaire négocié par les États-Unis.

Le dernier verrouillage d’Israël induit par un virus, qui a commencé plus tôt cette semaine, a temporairement apaisé la fièvre des voyages. Mais les Israéliens aux projets de vacances anéantis, désormais bloqués chez eux, espèrent que les campagnes de vaccination aideront à contenir l’épidémie et rendront bientôt possibles les voyages à Dubaï.

L’attrait de Dubaï, le centre commercial parsemé de gratte-ciel des EAU avec des plages de sable et des centres commerciaux marbrés, s’est déjà avéré puissant. Des dizaines de touristes israéliens, cherchant à se réjouir et à se soulager des restrictions de virus pendant des mois, sans se laisser décourager par les avertissements de leur gouvernement concernant d’éventuelles attaques iraniennes dans la région, ont célébré des mariages, des bar-mitsva et la fête juive de huit jours de Hanoukka avec de grands rassemblements interdits chez eux.

«Je m’attendais à me sentir vraiment mal à l’aise ici», a déclaré Azerad, 25 ans, la mariée israélienne, depuis la salle de bal de l’hôtel, baignée de la lueur des toits scintillants de Dubaï. Mais toutes ses destinations de mariage préférées ont annoncé des restrictions sévères sur les rassemblements pour vérifier la propagation du virus. Dubaï plafonne les soirées à 200.

Ne voulant pas retarder le mariage, le choix était évident.

«J’ai l’impression que c’est Tel Aviv», a déclaré Azerad à propos de Dubaï. «J’entends l’hébreu partout.»

Son père français, Igal Azerad, a déclaré qu’il cachait toujours sa calotte dans sa poche de peur d’être agressé dans les rues de Paris. Mais à Dubaï, la vue de sa kippa incite «les émiratis à venir me dire« Shalom »», a-t-il dit.

Le rythme vertigineux de la normalisation a stupéfié même les sceptiques. Malgré les liens longtemps secrets des pays, les Émirats arabes unis avaient considéré Israël comme un paria politique au cours du conflit israélo-palestinien vieux de plusieurs décennies. La modeste communauté juive expatriée de la fédération des sept cheikhs a fait profil bas et a prié dans une villa anonyme.

Mais l’arrivée de 70 000 touristes israéliens, selon les estimations des agents de voyages, sur 15 vols quotidiens sans escale en décembre a tout changé. Un candélabre de Hanoukka de 3,5 mètres (12 pieds) est apparu sous la Burj Khalifa, la plus haute tour du monde, où les Juifs se sont rassemblés pour allumer les bougies et prendre des selfies alors que des chansons hébraïques festives retentissaient sur l’immense fontaine du centre-ville.

Le furtif repas de Shabbat du vendredi soir de la communauté juive s’est transformé en célébrations dans deux salles de banquet caverneuses avec des sièges pour les visiteurs israéliens. Des pancartes «Made in Israel» sont apparues dans les épiceries et les magasins d’alcool de la chaîne de Dubaï, qui vendent désormais du vin des hauteurs du Golan, annexées par Israël. Le vin, le miel et le tahini des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée arriveront sur les étagères dans les semaines à venir et seront étiquetés comme produits d’Israël, selon une société de produits de base basée à Dubaï.

Sur les réseaux sociaux, un voyage aux EAU est devenu un symbole de statut pour les Israéliens qui affichent des photos d’eux-mêmes à Dubaï. Une douzaine d’hôtels à travers la ville affirment avoir réservé des milliers de voyageurs israéliens et organisé une gamme de conférences d’affaires israéliennes, de fêtes de fin d’année et de mariages d’une journée. Les chanteurs israéliens ont prévu des concerts pour le printemps. Des entreprises de restauration casher du Royaume-Uni et d’ailleurs se sont installées aux EAU. Selon le rabbin Mendel Duchman, qui aide à diriger le centre communautaire juif du pays, des plans sont en cours pour inaugurer le premier cimetière juif et bain rituel du pays, connu sous le nom de mikvah.

«C’était incroyable, c’était un tsunami», a déclaré Mark Feldman, chef de Ziontours, basé à Jérusalem, soulignant le contraste avec la «paix froide» d’Israël avec l’Égypte et la Jordanie. «Dubaï est devenue une oasis pour les Israéliens au milieu de la pandémie.»

Pendant des semaines en décembre, les seuls autres pays où les Israéliens pouvaient atterrir sans quarantaine de 14 jours à leur retour étaient le Rwanda et les Seychelles. Dubaï est restée ouverte aux affaires et au tourisme, avec peu de restrictions au-delà de la distanciation sociale à l’intérieur et des masques à l’extérieur. Les invités aux mariages et autres rassemblements ne portent souvent pas de masques.

Alors même que les Israéliens jaillissent de l’étreinte chaleureuse de leurs hôtes, on a très peu entendu parler du virage à 180 degrés des EAU par rapport à son million de citoyens, qui bénéficient d’un logement, d’une éducation et de soins de santé gratuits et ont tendance à s’isoler du vaste expatrié de leur pays. population. Les dirigeants héréditaires du cheikhdom répriment la dissidence. Même les décisions politiques dramatiques sont acceptées.

Ahmed al-Mansoori, un directeur de musée émirati qui a accueilli des dizaines de visiteurs israéliens dans sa collection de cartes et de manuscrits anciens, y compris un rouleau de la Torah du quatrième siècle, a reconnu «certains malentendus culturels parmi des populations qui ne se sont pas vraiment rencontrées auparavant. . »

«Chaque Emirati a sa propre psychologie à ce sujet», a-t-il dit lorsqu’il a été interrogé sur le renversement de politique que les Palestiniens considèrent comme une trahison de leur quête d’un État sur des terres occupées par Israël.

Mais il a noté que Dubaï, une ville alimentée par des millions de travailleurs d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient, absorbe facilement des vagues d’expatriés, y compris de pays enfermés dans d’âpres luttes les uns avec les autres.

Malgré les inquiétudes initiales concernant les menaces iraniennes et les retombées diplomatiques des touristes qui se conduisent mal, les agents de voyages affirment qu’il n’y a eu qu’un petit hoquet. Quelques touristes israéliens se sont retrouvés coincés dans des dunes de sable alors qu’ils couraient en quad, ce qui a déclenché une mission de sauvetage élaborée par un hélicoptère gouvernemental, a déclaré Yaniv Stainberg, propriétaire de Privilege Tourism. Certains ont été arrêtés pour avoir pris des photos dans une mosquée, a-t-il ajouté. D’autres ont été réprimandés pour s’être embrassés en public, une infraction punissable en vertu du système juridique islamique des EAU avec une peine de prison.

Mais alors que le virus a explosé en Israël et que des photos de parties bruyantes et démasquées à Dubaï ont éclaboussé sur les médias sociaux, les ministères israéliens de la Santé et des Affaires étrangères se disputaient la possibilité de classer les Émirats arabes unis comme zone à forte infection, ce qui nécessiterait une mise en quarantaine à l’arrivée en Israël peut-être gâcher la nouvelle cour des pays.

En quelques jours, le point était sans objet. Israël est entré dans son troisième verrouillage dimanche. À ce moment-là, les jeunes mariés, Azerad et Benhamou, étaient rentrés chez eux.

«Le COVID nous a vraiment gênés, c’est dommage pour tous les nouveaux amis de la région que nous voulons rencontrer», a déclaré Eliav Benjamin, un responsable du ministère israélien des Affaires étrangères, faisant référence aux autres accords de normalisation récents d’Israël avec Bahreïn, le Soudan et le Maroc. «Les vaccins, cependant, changeront la donne.»

Plus d’article sur le