Search by category:

Église dit que «toutes les formalités sont terminées» avant le mariage du Premier ministre britannique Boris Johnson, divorcé deux fois, à la cathédrale catholique | Registre national catholique

LONDRES – Les autorités ecclésiastiques ont déclaré que «toutes les mesures nécessaires ont été prises, à la fois dans l’église et dans le droit civil», avant le mariage du Premier ministre britannique Boris Johnson, divorcé deux fois, samedi dans une cathédrale catholique de Londres.

Johnson a épousé Carrie Symonds, la mère de son fils Wilfred, âgé d’un an, lors d’une petite cérémonie à la cathédrale de Westminster le 29 mai.

Un porte-parole de la cathédrale de Westminster a déclaré à la Dimanche Times journal: «Les mariés sont tous deux paroissiens de la paroisse de la cathédrale de Westminster et baptisés catholiques.»

«Toutes les mesures nécessaires ont été prises, à la fois dans le droit religieux et civil, et toutes les formalités ont été accomplies avant le mariage. Nous leur souhaitons tout le bonheur. »

La nouvelle de la cérémonie a provoqué un débat parmi les catholiques sur la manière dont le Premier ministre pouvait se marier à l’église mère des catholiques d’Angleterre et du Pays de Galles.

Fr. Mark Drew, un prêtre servant dans l’archidiocèse de Liverpool, a demandé comment le mariage serait perçu par les catholiques cherchant un deuxième mariage dans une église.

En écrivant sur son compte Twitter, il mentionné: «Quelqu’un peut-il m’expliquer comment ‘Boris’ Johnson, qui a quitté l’Église catholique à Eton et a divorcé deux fois, peut se marier à la cathédrale de Westminster, alors que je dois dire aux catholiques pratiquants de bonne foi qui veulent un deuxième mariage à l’Église que ce n’est pas possible?

Johnson, qui occupe le poste de Premier ministre depuis juillet 2019, a été baptisé catholique à la demande de sa mère, Charlotte Johnson Wahl. Mais il a été confirmé dans l’Église d’Angleterre, l’église mère de la Communion anglicane, alors qu’il étudiait au prestigieux pensionnat Eton College.

Carrie Symonds, 33 ans, est une catholique qui a fait référence à sa foi sur les réseaux sociaux.

Fr. Gary Dench, prêtre adjoint de la cathédrale de Brentwood, Essex, qui étudie le droit canon à Louvain en Belgique, a écrit sur les réseaux sociaux que Johnson est resté catholique malgré sa confirmation anglicane.

«En tant que tel, Boris Johnson est resté lié par les lois ecclésiastiques en vigueur et qui le liaient en tant que catholique lorsqu’il a contracté ses précédents mariages», a-t-il déclaré. «Ces mariages étaient donc régis à la fois par le droit naturel et le droit canonique.»

Ni le premier mariage de Johnson, avec Allegra Mostyn-Owen, ni son second, avec Marina Wheeler, n’ont eu lieu dans une église catholique.

Dench a noté que, selon le Code de droit canonique, si les catholiques ne se marient pas devant une «autorité ecclésiastique légale» ou ne reçoivent pas de dispense, alors leurs mariages sont considérés comme invalides.

«Ces affaires ne nécessitent pas de procédure d’annulation formelle. Il s’agit d’un bref documentaire sur lequel le Tribunal de l’archidiocèse de Westminster aurait enquêté avant que le mariage du Premier ministre n’ait pu avoir lieu », a-t-il écrit.

Félicitations Boris et Carrie! 🥂 pic.twitter.com/OI7961rX3T

– Liz Truss (@trussliz) 30 mai 2021

Observant que Symonds ne s’était jamais mariée auparavant, Dench a déclaré: «En tant que telle, elle a un droit général de se marier et un droit de recevoir les sacrements. Si son conjoint (le PM) n’est pas non plus interdit par la loi, nonobstant les relations antérieures, alors [there] Il ne peut être question d’essayer arbitrairement d’empêcher cela. »

Il a ajouté que les règles s’appliquaient «de la même manière à tous les catholiques, quelle que soit leur richesse ou leur rang».

Les liens du couple avec la cathédrale de Westminster, qui est proche de la résidence du Premier ministre au 10 Downing Street, ont été rendus publics pour la première fois l’année dernière.

Le fils du couple, Wilfred Johnson, a été baptisé à la cathédrale le 12 septembre 2020, lors d’une cérémonie privée.

Wilfred Lawrie Nicholas Johnson est né le 29 avril 2020. Annonçant la naissance de son fils sur Instagram, Symmonds a déclaré qu’il avait été nommé Wilfred après le grand-père de Johnson, Lawrie en l’honneur de son grand-père, et Nicholas après Nick Price et Nick Hart, les médecins qui ont sauvé la vie du Premier ministre après son hospitalisation pour le coronavirus au début du mois.

Johnson, 56 ans, est le premier catholique baptisé à devenir Premier ministre.

Tony Blair a régulièrement assisté à la messe en tant que Premier ministre de 1997 à 2007, mais n’a été reçu dans l’Église catholique qu’après sa démission.

Après des siècles de persécution, le Roman Catholic Relief Act de 1829 a permis aux catholiques de siéger au Parlement et d’occuper des fonctions gouvernementales. Mais la loi stipulait qu’aucun catholique ne pouvait conseiller la Couronne sur la nomination des évêques de l’Église d’Angleterre. Comme il s’agissait de l’une des fonctions des premiers ministres, il était largement admis que la loi empêchait effectivement un catholique d’assumer ce rôle.

Mais les commentateurs soutiennent que si le Premier ministre était un catholique pratiquant, alors un arrangement alternatif pour les nominations à l’église établie serait introduit.

Johnson a dit que sa foi va et vient comme le signal de la station de radio Magic FM dans les Chilterns, une zone rurale au nord-ouest de Londres.

Il a dit au Le télégraphe du jour en 2015, alors qu’il pensait beaucoup à la religion, il n’était pas un pratiquant régulier. Il a ajouté qu’il serait «prétentieux» de le décrire comme un chrétien sérieux.

Plus d'article sur le