Search by category:

L’amour, schmactually – « Amour, mariages et autres catastrophes » – Films – Buzz

Certains films peuvent être visionnés de manière compulsive. Ce sont des films dont vous ne pouvez tout simplement pas vous arracher les yeux. Souvent, ce magnétisme provient de la qualité exquise de ce qui a été fait, une combinaison d’excellence narrative et esthétique qui demande à être vécue. Parfois, cependant – pas fréquemment, mais de temps en temps – cette observabilité est née de l’exact opposé. Dans ces moments-là, nous obtenons un film qui, bien qu’il soit un désordre abject et total, retient néanmoins votre attention.

«Love, Weddings & Other Disasters» est l’un de ces rares pagailles à regarder, un accident de voiture bien intitulé d’une expérience cinématographique qui demande pratiquement à être vérifiée.

Écrit et réalisé par Dennis Dugan – mieux connu en tant que collaborateur de longue date avec Adam Sandler – «Love, Weddings & Other Disasters» est un effort malavisé pour suivre le chemin bien usé de l’histoire croisée de rom-com. Le meilleur de ces films relie les points avec grâce et subtilité, mais comme vous l’avez peut-être déjà deviné, ce n’est pas ce que fait ce film. Au lieu de cela, nous obtenons une série de récits à peine connectés qui se déroulent chacun à leur manière avant une finale précipitée et pas particulièrement inspirée qui laisse le spectateur se demander ce qui vient de se passer.

Nous rencontrons Jessie (Maggie Grace, «Fear the Walking Dead» à la télévision) alors qu’elle saute d’un avion avec son petit ami réticent, qui choisit de rompre avec elle alors qu’ils plongent sur Terre. Cela conduit à un incident malheureux dans lequel elle jette toute une fête de mariage à l’eau de leur cérémonie à quai, menant à la renommée vidéo virale en tant que «Wedding Trasher».

Pendant ce temps, il y a Lawrence (Jeremy Irons, « Watchmen » de la télévision), le traiteur de mariage le plus célèbre de New York (oui, c’est une chose). Il est entièrement dévoué à son métier, aux dépens de tout le reste – en particulier depuis le décès de sa femme il y a quelques années. Cela fait si longtemps, en fait, que ses amis décident de l’installer avec Sara (Diane Keaton, «Poms»), qui se trouve être aveugle. Oui, un rendez-vous à l’aveugle, au cas où vous vous demanderiez quel genre de film nous avons affaire ici.

À partir de là, nous passons au capitaine Ritchie (Andrew Bachelor, «Holidate»), chef d’une excursion en canard fièrement inexacte. Un jour, parmi ses nombreux clients, il rencontre une belle femme avec – jure devant Dieu – une pantoufle de verre tatouée sur le cou. Ceci étant le film qu’il est, il tombe instantanément amoureux d’elle, pour se révéler incapable de la rattraper avant qu’elle ne débarque.

Le candidat à la mairie de Boston, Robert Barton (Dennis Staroselsky, «Across the Pacific») se marie. Il est préoccupé par son image, mais sa future épouse libre d’esprit Liz (Caroline Portu, «Blood and Money») s’en fiche. En tant que telle, elle décide d’embaucher Jessie comme organisatrice de mariage – bien que Jessie ne soit pas vraiment organisatrice de mariage – parce qu’elle est allée au mariage de la cousine de Jessie et a pensé que Jessie avait fait du bon travail avec.

De plus, le frère de Barton, Jimmy (Andy Goldenberg, « The Bellmen ») est un embarras potentiel grâce à sa participation à une émission de télé-réalité impliquant d’être enchaîné à une femme russe nommée Svetlana (Melinda Hill, « Quality Problems ») qui n’a peut-être pas été entièrement véridique pendant le processus de vérification. Oh, et nous avons AUSSI une intrigue parallèle impliquant un groupe de bar où Mack (Diego Boneta, « Monster Hunter ») et Lenny (Jesse McCartney, « Young Justice » de la télévision) sont en désaccord quant à leur direction future.

Vous avez tout ça?

Quoi qu’il en soit, ces histoires tournent toutes essentiellement autour des noces imminentes du maire, bien que la qualité des connexions varie énormément (de mince à pratiquement inexistante). Finalement, tout se réunit, plus ou moins, dans ce qui s’avère être une fin presque aussi inefficace que tout ce qui l’a précédée.

«Love, Weddings & Other Disasters» est en effet bien intitulé, car ce film est vraiment un désastre. Au mieux, c’est difficile à suivre. Au pire, cela frôle l’absurdité. Plusieurs fois au cours de ce film, j’ai dit à haute voix des choses comme « Que se passe-t-il? » et « Cela n’a aucun sens. » Dieu merci, je regardais à la maison, car sinon, on m’aurait presque certainement demandé de partir.

Imaginez «l’amour, en fait» avec un traumatisme crânien modérément grave et une absence abjecte de compréhension concernant l’humour ou les relations humaines de base et vous êtes dans la bonne direction.

Voici le truc, cependant – je me suis vraiment beaucoup amusé à regarder ce film. Ce n’est pas un bon film. En fait, quelle que soit la mesure objective, c’est activement mauvais. Et pourtant… j’ai trouvé sa méchanceté étonnamment observable. Chaque instant promettait la possibilité d’une autre ligne maladroite, d’une blague sans humour ou d’un complot absurde. Pour une raison quelconque, j’étais dans le bon espace libre pour celui-ci quand je l’ai vu – parfois, vous voulez juste regarder le chaos se dérouler.

Pour la plupart, tout le monde ici vit (ou plutôt vers le bas) au matériau. Presque tout le monde trébuche simplement dans les ténèbres, espérant que tout sera bientôt terminé. L’exception est le couple Jeremy Irons / Diane Keaton. Ils sont vraiment délicieux ensemble, avec une chimie légitime qui vous donne envie de les voir montrer la voie dans un meilleur film. En ce qui concerne le film lui-même, ils sont les seuls à être à la hauteur du premier mot du titre, tout le monde tombant sous les auspices du dernier.

«Love, Weddings & Other Disasters» est un magnifique gâchis, un film qui vacille constamment au bord de l’incompréhensibilité totale. C’est le genre de projet qui vous amène à remettre en question le jugement de toutes les personnes impliquées, donc il a complètement raté. Mais bon – parfois, vous voulez juste embrasser le chaos.

[0.5 out of 5]

Plus d’article sur le