Search by category:

Les mariages à Toronto répandent le COVID-19. Les experts disent qu’il est temps d’arrêter les «messages mixtes» lors des grands rassemblements

Alors que Toronto attend encore plus de restrictions pour contenir la flambée des niveaux de COVID-19, un facteur important d’infections – les mariages – n’est pas soumis à un plafond spécifique sur le nombre d’invités pouvant se rassembler.

Et tandis que les infections causées par les grands mariages dans la région de York et dans d’autres communautés de la ceinture 905 font la une des journaux, les données de santé publique fournies au Star montrent que les cérémonies de mariage entraînent également la propagation du COVID-19 ici.

La Dre Anna Banerji, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Toronto, a déclaré qu’autoriser les foules à des mariages, des funérailles ou des rites religieux, tout en interdisant les repas à l’intérieur et en suppliant les Torontois de rester à la maison, est dangereux et n’a aucun sens.

«Comment pouvez-vous nous dire à tous que nous ne pouvons pas nous associer à d’autres personnes, mais que vous pouvez alors accueillir jusqu’à 50 personnes à un mariage? Il y a tellement d’incohérences maintenant. Je pense que l’une des raisons pour lesquelles les gens sont fatigués par le COVID est à cause des messages mitigés », a déclaré Banerji.

«Je sais que les gens peuvent être impatients et vouloir se marier. Organisez une cérémonie civile, puis faites la fête quand il y a un vaccin ou que les chiffres ont chuté. Ce n’est pas le moment.

«Si nous voulons maîtriser ce virus, nous devons restreindre les rassemblements plus importants.»

Le premier ministre Doug Ford devrait annoncer vendredi de nouvelles restrictions importantes pour les points chauds viraux de Toronto, Peel et York.

Les responsables de Toronto ne révéleront pas les restrictions régionales qu’ils ont demandé à la province d’imposer, mais le maire John Tory utilise les limites de capacité des centres commerciaux et des magasins comme un exemple de moyen de limiter les «scènes de foule» risquant d’infecter.

Les conservateurs et le chef de la santé publique, le Dr Eileen de Villa, ont supplié les résidents de rester à la maison sauf pour les sorties essentielles, de ne socialiser qu’avec les autres membres du ménage et d’éviter tout contact étroit à l’intérieur avec qui que ce soit.

De Villa a ordonné la fermeture des salles de banquet et des espaces événementiels, ainsi que des repas à l’intérieur, dans une répression qui a commencé le 14 novembre. Les gens se marient toujours dans des maisons, des églises, des Airbnbs et d’autres espaces.

De Villa a seulement recommandé – non commandé – que les mariages soient limités à 10 personnes à l’intérieur et 25 à l’extérieur. Une ordonnance provinciale plafonne les mariages et les funérailles à 30% de la capacité de la salle, avec une distance physique mais pas de nombre maximum.

Interrogée récemment sur sa décision de ne pas soumettre les mariages à un ordre, de Villa a déclaré que cela pourrait être réexaminé si des preuves suggéraient qu’un plafond strict de participation était justifié.

La santé publique de Toronto est au courant de 10 mariages à Toronto entre la fin août et octobre où les participants ont été exposés au COVID-19. La moitié des mariages ont déclenché des flambées, où deux ou plusieurs cas sont liés à l’événement.

«Au total, TPH est actuellement au courant de 93 cas confirmés de COVID-19 associés à ces événements», a déclaré mardi le Dr Vinita Dubey, médecin hygiéniste adjoint de Toronto.

Mais il s’agit probablement d’une sous-estimation des infections provoquées par le mariage, a-t-elle ajouté, «parce que les personnes peuvent ne pas toujours révéler qu’elles ont assisté au mariage et, dans certains cas, des contacts symptomatiques et / ou proches ont refusé de se faire tester.»

TPH a également déterminé que «les mesures n’ont pas été suivies lors de la majorité de ces événements, principalement par les participants (par exemple, ne pas porter de masques, pas de distanciation physique)».

De plus, « les mariages et les invités n’étaient pas toujours ouverts au sujet des détails du mariage lors de nos enquêtes. »

Parmi les personnes infectées lors des mariages à Toronto se trouvaient des personnes qui sont retournées chez elles dans les régions de York, Peel, Durham et Waterloo.

Les Torontois ont également ramené le virus de mariages dans d’autres régions de l’Ontario.

Au moins neuf Torontois figuraient parmi les 89 cas confirmés ou suspects liés à quatre mariages dans la région de York et aux rassemblements associés, tenus entre le 2 et le 17 novembre.

Une centaine d’invités ou plus étaient présents à trois des événements, dont 140 célébrants dans une salle de banquet Château le Jardin à Vaughan. Les responsables locaux de la santé publique ont déclaré que ce lieu, et un autre qui accueillait 130 personnes, suivaient les précautions anti-virus.

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

Patrick Casey, un porte-parole de la région de York, a déclaré dans un e-mail: «Certaines personnes choisissent de se rassembler ou d’assister à un événement présentant des symptômes (COVID-19), même s’ils sont légers, car ils ne veulent pas manquer l’événement.

«Nous ne pouvons pas assez stresser, restez à la maison si vous êtes malade, même si vos symptômes sont légers.»

Certains mariages sont des événements très répandus, comme celui de l’Ohio où 32 des 83 invités ont été infectés, y compris la mariée, le marié et trois de leurs quatre grands-parents.

Un mariage du 7 août dans le Maine a propagé le virus à 177 personnes, dont sept sont décédées.

Les mariées de Toronto et les professionnels des événements de mariage ont déclaré que de petites cérémonies avec des protocoles stricts se déroulaient en toute sécurité tous les jours, tout en reconnaissant les risques si l’alcool, la familiarité ou d’autres aspects des réunions de famille et d’amis entraînent des défaillances.

La propriétaire de la chapelle de mariage de Toronto, Katherine Parris, a déclaré qu’elle organisait de 15 à 20 mariages par semaine, chacun avec un maximum de 10 personnes, dans son espace de 750 pieds carrés près de la rue Yonge et de l’avenue Eglinton.

Pas de nourriture ni de boisson, le port de masque sauf pendant de brefs moments désignés et les contrôles de température du personnel font partie des précautions pour éviter toute infection. « Nous sommes si prudents », a déclaré Parris, ajoutant qu’il était « irresponsable » d’organiser de grands mariages maintenant.

Versa Joshi a planifié son mariage à la mi-septembre pendant la pandémie. Ils ont accueilli 45 personnes lors d’une cérémonie dans la grande cour de ses parents, puis une réception ultérieure avec 40 personnes différentes sur une terrasse d’hôtel.

Opulent Event Designs a veillé à ce que des mesures antivirus telles que la distance, les masques et les désinfectants maintiennent l’événement en sécurité sans le définir, a déclaré Joshi, ajoutant qu’elle était heureuse d’avoir opté pour un petit mariage maintenant plutôt que d’attendre après la pandémie.

Le propriétaire opulent Sukhy Singh a assisté à des mariages comme celui de Joshi, où les invités respectaient les règles, et d’autres où ils adoptaient des comportements à risque.

Les couples devraient avoir à engager des agents des règlements municipaux pour assister à leur mariage et assurer la sécurité, a-t-elle suggéré.

«La plupart des gens obéissent, mais dès que les gens se mélangent, les masques peuvent tomber», a déclaré Singh. «Il y a eu des moments où j’ai l’impression que j’aurais dû appeler la ville ou l’agent des règlements pour me plaindre de mes clients.»

Son personnel est arrivé pour démonter des tentes pour une fête de mariage dans la cour à l’extérieur de Toronto et a trouvé environ 70 personnes dansant.

«Vous ne pouvez pas faire cela en cas de pandémie», a déclaré Singh.

David Rider
David Rider est le chef du bureau du Star’s City Hall et un journaliste couvrant l’hôtel de ville et la politique municipale. Suivez-le sur Twitter: @dmrider

REJOINDRE LA CONVERSATION

Q:

Est-il temps d’imposer des règles COVID-19 plus strictes aux grands rassemblements comme les mariages?

Les conversations sont les opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

Plus d’article sur le