Search by category:

La mariée appelle sa sœur à propos de plans pré-mariage «narcissiques»: «[It’s] tout sur elle »

Revue nationale

Une enquête du Sénat révèle une filiale d’Al-Qaïda financée en connaissance de cause par l’administration d’Obama

L’agence humanitaire à but non lucratif World Vision United States a mal négocié avec l’Agence islamique de secours (ISRA) en 2014 avec l’approbation de l’administration Obama, envoyant des fonds gouvernementaux à une organisation qui avait été sanctionnée pour ses liens avec le terrorisme, selon un nouveau rapport. Le président du Comité sénatorial des finances, Chuck Grassley (R., Iowa), a récemment publié un rapport détaillant les conclusions d’une enquête que son personnel a entamée en février 2019 sur la relation entre World Vision et l’ISRA.L’enquête a révélé que World Vision n’était pas au courant que l’ISRA avait été sanctionné par les États-Unis depuis 2004 après avoir acheminé environ 5 millions de dollars à Maktab al-Khidamat, le prédécesseur d’Al-Qaïda contrôlé par Oussama Bid Laden. Cependant, cette ignorance est née de pratiques de vérification insuffisantes, selon le rapport. « World Vision travaille pour aider les personnes dans le besoin à travers le monde, et ce travail est admirable », a déclaré Grassley dans un communiqué. «Bien qu’elle ne sache peut-être pas que l’ISRA figurait sur la liste des sanctions ou qu’elle y figurait en raison de son affiliation avec le terrorisme, elle aurait dû. L’ignorance ne peut pas suffire comme excuse. Les changements apportés par World Vision aux pratiques de contrôle sont un bon premier pas, et j’attends avec impatience la poursuite de ses progrès. »L’enquête a été déclenchée par un article de la National Review de juillet 2018 dans lequel Sam Westrop, directeur de l’Islamist Watch du Forum du Moyen-Orient, a détaillé le MEF conclusions selon lesquelles l’administration Obama avait approuvé une «subvention de 200 000 dollars de l’argent des contribuables à l’ISRA». Les responsables gouvernementaux ont spécifiquement autorisé la libération «d’au moins 115 000 dollars» de cette subvention même après avoir appris qu’il s’agissait d’une organisation terroriste désignée, a écrit Westrop. Rapport du Sénat, World Vision a soumis une demande de subvention à l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) pour mener à bien son programme de rétablissement du Nil Bleu le 21 janvier 2014. Le programme proposé visait à fournir la sécurité alimentaire, l’équipement d’assainissement et les services de santé à zones durement touchées par le conflit dans la région du Nil Bleu au Soudan.USAID a accordé à Vision Mondiale une subvention de 723 405 $ pour le programme. Le mois suivant, l’ISRA a accepté de fournir des services humanitaires à certaines parties de la région du Nil bleu pour World Vision, selon le rapport. Les deux organisations avaient également collaboré à plusieurs projets en 2013 et 2014. World Vision a découvert que l’ISRA n’a été sanctionnée qu’après que l’organisation humanitaire évangélique à but non lucratif a discuté d’un partenariat avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) sur un projet humanitaire distinct au Soudan. En procédant à une vérification de routine de World Vision et de ses partenaires, l’OIM a découvert le statut de sanction de l’ISRA et a contacté l’équipe de conformité de l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) pour confirmer. Le département juridique de World Vision a été informé du statut potentiel de l’ISRA en tant qu’entité sanctionnée en septembre 2014 et a immédiatement interrompu tous les paiements à l’organisation pendant son enquête.L’organisation à but non lucratif a envoyé une lettre à l’OFAC le 19 novembre 2014, demandant des éclaircissements concernant le statut de l’ISRA, et demandant que, dans le cas où l’ISRA serait sanctionnée, elle obtienne une licence temporaire pour terminer le contrat existant de l’organisation.Deux mois plus tard, le Trésor a répondu, confirmant que l’ISRA était sanctionnée et rejetant la demande de licence travailler avec l’organisation, car cela serait «incompatible avec la politique de l’OFAC». Un mois plus tard, World Vision a soumis une autre demande licence pour traiter avec l’ISRA pour leur payer 125000 $ pour des services rendus, de peur qu’elle ne soit confrontée à des conséquences juridiques et à une expulsion potentielle du Soudan.Le 4 mai 2015, le département d’État de l’administration Obama a recommandé à l’OFAC de faire droit à la demande de World Vision pour la licence de transaction Le lendemain, l’OFAC a accordé la licence de payer 125000 dollars à l’ISRA pour les services rendus, et a ensuite envoyé à l’organisation à but non lucratif une «lettre d’avertissement» lui faisant savoir que sa collaboration avec l’ISRA semblait avoir enfreint le Règlement mondial sur les sanctions contre le terrorisme. l’enquête «n’a trouvé aucune preuve que World Vision a cherché intentionnellement à contourner les sanctions américaines en s’associant à l’ISRA.» «Nous n’avons également trouvé aucune preuve que World Vision savait que l’ISRA était une entité sanctionnée avant de recevoir un avis du Trésor», ajoute le rapport. «Cependant, sur la base des preuves présentées, nous concluons que World Vision avait accès aux informations publiques appropriées et aurait dû savoir comment, sans y parvenir, évaluer correctement l’ISRA en tant que sous-bénéficiaire, ce qui a entraîné le transfert de dollars des contribuables américains à un organisation avec une longue histoire de soutien à une organisation terroriste [sic] et les terroristes, y compris Oussama Ben Laden. »Le rapport qualifie le système de World Vision de vérification des sous-bénéficiaires potentiels de« négligence à la limite »et affirme que l’organisation« a ignoré les procédures d’enquête de niveau élémentaire ». enquêtant sur la réclamation et n’a pas été en mesure de parvenir à une conclusion, en s’appuyant sur «ce qui ne pouvait être décrit que comme une logique défectueuse», indique le rapport. et de déterminer leur statut d’entité sanctionnée. » «Si World Vision avait utilisé la même diligence raisonnable et des méthodes similaires employées par l’OIM, l’argent des contribuables n’aurait pas échangé des mains avec une organisation connue pour financer des organisations terroristes», a-t-il déclaré. Alors que World Vision a institué des méthodes de dépistage supplémentaires, «le personnel du Comité des finances a des réserves» quant à sa capacité à éviter des situations similaires à l’avenir, indique le rapport. «World Vision a le devoir de s’assurer que les fonds acquis du gouvernement américain ou donnés par les Américains ne finissent pas par soutenir des activités terroristes», dit-il. «La tentative de Vision Mondiale de rejeter le blâme sur le gouvernement fédéral pour sa propre incapacité à contrôler correctement un sous-traitant est particulièrement préoccupante pour ce comité. Un système de sélection et de vérification plus solide et fondamentalement solide est nécessaire pour restaurer la confiance du public dans le fait que les contributions apportées à World Vision ne financent pas des organisations illicites. ont été utilisés par l’ISRA à des fins humanitaires, cet argent contribue inévitablement à leurs activités terroristes », conclut-elle. World Vision a déclaré dans un communiqué qu’elle« prend nos obligations de conformité au sérieux et partage l’objectif de bonne gestion du sénateur Grassley et du personnel du comité. Nous apprécions la reconnaissance que le rapport du personnel du comité au président «n’a trouvé aucune preuve que World Vision savait que l’ISRA était une entité sanctionnée avant de recevoir un avis du Trésor» », a-t-il ajouté. «Le terrorisme va à l’encontre de tout ce que World Vision représente en tant qu’organisation et nous condamnons fermement tout acte de terrorisme ou tout soutien à de telles activités.»

Plus d’article sur le