Search by category:

Le mariage musulman de Big Fat Malabar est une question de nourriture et comment

Plusieurs traditions pittoresques autour des jeunes mariés et de la nourriture composent le mariage.

Quand à Malabar, célébrez la nourriture – dit le vieil adage. La région nord du Kerala comprenant Kozhikode, Kannur, Kasaragod et d’autres districts est le berceau de plusieurs plats de viande légendaires et de collations pour le thé. Cependant, le jeu culinaire de Malabar est à son meilleur lorsqu’il y a de l’amour – et l’union de l’amour, c’est-à-dire un mariage.

À bien des égards, un mariage musulman traditionnel de Malabar est le gardien des recettes anciennes et des traditions alimentaires séculaires. «Ces mariages sont un dépositaire d’anciennes coutumes. Ils empêchent plusieurs traditions alimentaires oubliées de périr. Il existe certaines collations telles que la Paneeneer Petti (boîte de roses) et la Panjara Patta (galettes de riz et de sucre) qui sont très difficiles à faire et sont parfois faites juste pour le marié », explique Aysha Markerouse, conseillère en cuisine Moplah qui a travaillé avec des restaurants de premier plan à Kozhikode.

Mussamman Kozhi, une délicatesse malabar

Aujourd’hui, certaines de ces coutumes peuvent sembler un peu datées et patriarcales. Une grande partie de cela tourne autour de plaire au marié et implique le travail intensif des femmes. Cependant, les recettes anciennes et les plats alléchants prennent vie grâce à ces pratiques. L’une de ces coutumes au tout début d’un mariage consiste à inviter des invités une fois le mariage fixé.

Bajaar Niraththal

«Il y a des femmes connues sous le nom de Vilikarathis ou« inviters »qui font des visites de porte à porte et remettent des invitations à des mariages. Ces femmes ne seraient pas liées à la famille de la mariée ou du marié, mais seraient simplement des habitants qui connaissent la politique de la région. Quelles sont les familles à appeler pour le mariage et les familles qui ne doivent pas être invitées sérieusement », explique Aysha.

Lorsque les Vilikarathis viennent appeler dans chaque maison, la coutume est de disposer d’un bajaar ou d’un bazar. Traduit en anglais, cela signifie simplement des collations du marché ou du marché. Les hôtes devraient disposer un festin de produits de boulangerie sur un grand plateau. Plus la famille qui donne les invitations au mariage est grande, plus le bajaar sera élaboré.

Thé Sulaimani, parfois servi avec les collations Bajaar

Les collations sont disposées en couches sur une grande plaque de verre appelée Thoukoosa ou Kaasa. «La première couche serait un michar (ou un mélange), suivi par des chips de banane, une génoise, une éponge caca (génoise aux fleurs enveloppée comme un caramel), des bananes et des halwas au ghee à la fin. En plus du plateau, il y aurait des ladoos et des jalebis. Les bajaars n’étaient servis qu’aux femmes et autour des grandes assiettes se trouvaient des assiettes plus petites appelées Bassi. Les bassi auront des collations maison », explique Aysha. À l’époque, le nombre de bassis placés avec le kaasa indiquait la qualité de l’accueil de la famille.

Parfois, les Vilikarathis n’étaient pas servis de thé ou d’eau jusqu’à ce que l’hôte (la femme) soit convaincue d’avoir bien mangé les collations.

Arikuthu Cheral ou cérémonie de pilonnage du riz

Les proches de la mariée, proches et éloignés, sont invités à l’Arikutthu Cheral ou cérémonie de pilonnage du riz qui a lieu une semaine ou 10 jours avant le mariage. En termes simples, tous les masalas et podis nécessaires à la fête de mariage sont préparés lors de cette cérémonie.

«Des tonnes de riz sont réduites en poudre pour être utilisées pour fabriquer des Pathiris, Puttu, Idiappams, etc., destinés à nourrir les visiteurs. Même la poudre de piment, le garam masala, la poudre de coriandre et le curcuma sont préparés à la maison pendant cet événement. Ils font également du cornichon brinjal (curry Vazhudina), cuisent des moules ou du kadakka pendant cette période », ajoute Aysha. Les femmes sont les principales participantes de l’Arikuthu Cheral tandis que les hommes s’affairent à nettoyer la maison et à préparer le lieu pour le grand jour.

Un menu traditionnel Vettilla Ittu comprenant un ragoût de boeuf, du riz au ghee, du poulet Varattiyath et du Venda Molittath

Quelques jours avant le mariage, vient la Vettilla Kettu (cérémonie de pliage des feuilles de bétel), où plusieurs lots de beeda ou de paan sont préparés pour les invités du mariage. Les femmes se réunissent généralement pour plier des centaines de paan. En général, ils se terminent par un dîner composé principalement de riz au ghee, de mouton ou de bœuf, de ragoût, d’épinards et de caillé et de bananes pour le dessert.

«Il existe également un produit sucré appelé Kunjan Urapichathu – des jaunes d’œufs cuits dans du sirop de sucre et servis chauds», ajoute Aysha.

Le riz au ghee est l’aliment de base pour la plupart des événements avant le mariage, le biriyani étant réservé pour le jour J.

L’Erachi Chor, prédécesseur du Dum Biriyani, est également servi lors des mariages

Le plus souvent, les amis de la famille, les voisins et les parents participent en parrainant des tonnes de sucre, de riz, de légumes ou d’autres articles nécessaires à la fabrication de la nourriture. De cette façon, ils allègent le fardeau financier des hôtes.

Arayil Aakal

Parmi les cérémonies les plus importantes après le nikkah ou le mariage, on trouve l’Arayil Aakal. C’est à ce moment que le marié vient à la maison de la mariée et que le couple est envoyé dans la chambre pour passer leur première nuit ensemble. “Habituellement, la famille du marié vient avec lui à la maison de la mariée et reste pour le dîner, et c’est à ce moment-là qu’il y a un énorme festin de collations ou de palaharams pour la soirée”, explique Aysha.

Certaines collations sont réservées spécialement au marié. La boîte Paneneer Petti ou Rose – une collation en couches à base de noix de coco, de jaggery, de lait, etc. en fait partie. Le Panjara Patta – des disques sucrés mangés avec des bananes et du lait est également un mets délicat.

Panineer Petti ou Rose box, un plat sucré réalisé pendant l’Arayil Aakal

«Faire le Panjara Patta est un travail de deux personnes. Une pâte est faite avec de la farine de riz et du lait et est battue jusqu’à ce qu’elle soit mousseuse. Seule la mousse est versée dans la poêle et cuite, ce qui rend la crêpe très légère et moelleuse. Cela signifie qu’une personne doit battre continuellement la pâte pendant que l’autre prépare les crêpes. En règle générale, les femmes le mettent dans la cuisine pour le préparer », ajoute Aysha.

D’autres collations incluent Chatti Pathiri (une crêpe sucrée), Unnakkaya (une collation à la banane frite), Irachi Pathiri (crêpes à la viande), Samosas, Chukkappam (ami de la pâte en boutons) et du bœuf masala, etc.

Piyapla Kolu et Ammayi Thakkarams

Contrairement à la plupart des mariages, dans certaines sections de la communauté musulmane de Malabar, c’est le marié qui s’installe définitivement dans la maison de sa femme après le mariage. Et il va sans dire qu’il est traité comme un roi.

Une des coutumes fraîches après le mariage est la Piyapla Kolu ou fête pour le marié. Pendant 40 jours consécutifs, sa belle-mère organise un festin pour le petit-déjeuner et le dîner – servant des spécialités de viande, d’œufs et de banane dès le thé du matin. La coutume dit aussi qu’il est honteux de servir au marié la même variété de pathiri deux fois en quarante jours.

«Cela n’est plus suivi trop souvent maintenant. Mais à l’époque, il y avait un nouveau type de pathiri fait chaque jour pour le marié », dit Aysha.

Au cours de la Piyapla Kolu, le marié devrait également payer certaines amendes ou marques d’appréciation telles que «Ammayi Panam» (amende de tante) et «Meen Panam» (amende de fruits de mer).

Nura Pathiri et Meen Molittath

«Il n’y a pas de fruits de mer fabriqués pendant les 40 premiers jours. Donc, si le marié a envie de poisson, il doit payer un certain montant à sa belle-mère, pour lui dire qu’il a besoin de fruits de mer. C’est ce qu’on appelle le meen panam. L’Ammayi Panam est l’équivalent du Jhoota Chupai (chaussures cachées) dans les mariages du nord de l’Inde. Alors que le marié doit payer le côté de la mariée pour récupérer ses chaussures, le marié donne ici de l’argent aux tantes de la mariée en signe d’appréciation pour avoir cuisiné pour lui et s’occuper de lui », ajoute Aysha.

Suppara

Dans certaines parties de Kozhikode, il y a aussi le Suppara – une pratique alimentaire communautaire suivie pendant les mariages. Le riz Biriyani ou ghee est servi dans d’immenses assiettes dans lesquelles 8 à 10 personnes peuvent manger. En plus de cela, un poulet rôti ou du mouton est servi.

En haut à gauche: Kannappam, à droite: Jeeraga Kanji, en bas à gauche: Parotta, oignon masala et boeuf, à droite: Nei Pathiri et poulet au curry

«L’assiette est posée sur le sol ou sur un tabouret et 8 à 10 tabourets bas en bois appelés masara palaga (planche) sont disposés pour asseoir les invités. Les invités mangent ensuite dans la grande assiette appelée Dolungu, chacun d’eux recevant également une petite assiette personnelle appelée Bissi. Biriyani est servi avec du caillé, des oignons, du chutney, etc. », dit Aysha. Cependant, Supara n’est plus si courante dans les mariages, surtout après le début de la pandémie.

Plus d’article sur le