Search by category:

L’Ouganda peut-il aider l’Afrique à briser l’emprise de l’Église sur les mariages? – OZY

  • Les mariages humanistes sont illégaux en Afrique sauf en Afrique du Sud.
  • Un mouvement humaniste croissant en Ouganda demande que les mariages non religieux soient reconnus.

La mariée portait une robe blanche sans bretelles en tulle avec un corsage perlé et portait un bouquet de roses rouges et blanches. Rouge, pour symboliser «à quel point elle aime le marié», et blanc, «pour leur donner une épice». Les anneaux ont été échangés. Les invités applaudirent joyeusement. Pour un spectateur, les noces de septembre de Faridah et Derrick dans un hôtel de Kampala, la capitale de l’Ouganda craignant Dieu, ressemblaient à n’importe quel autre mariage.

Mais il y avait une absence notable – celle d’une présence divine. Le mariage était en fait une fausse cérémonie humaniste impliquant des célébrants récemment diplômés de la formation pour officier ces cérémonies non religieuses au lieu d’un prêtre. Dans un pays où 86% de la population s’identifie comme chrétienne et la plupart des autres comme musulmane, selon une enquête Pew de 2010, c’est une décision audacieuse.

Les mariages humanistes – des cérémonies personnalisées sans connotations religieuses, faites sur mesure pour les couples qui choisissent leurs propres vœux et le texte que le célébrant lit à haute voix – sont actuellement illégaux en Afrique, sauf en Afrique du Sud. Mais si le nombre croissant d’humanistes en Ouganda réussit, ces cérémonies pourraient bientôt devenir une routine dans la nation d’Afrique de l’Est, ouvrant potentiellement la voie pour le reste du continent.

Mariage humaniste 3

L’African Humanist Celebrants Network (AHCN), une organisation à but non lucratif ougandaise créée en août 2019 pour former des célébrants et organiser des mariages humanistes, a écrit au ministre ougandais de la Justice et des Affaires constitutionnelles Ephraim Kamuntu en juillet, demandant une clause dans une nouvelle loi sur le mariage pour reconnaître légalement ces cérémonies. «En Ouganda aujourd’hui, le nombre d’humanistes demandant des mariages humanistes est en augmentation», indique la lettre. Le groupe soutient que la constitution ougandaise garantit des protections contre la discrimination pour ceux qui ne sont pas religieux. Trente autres groupes humanistes ougandais ont soutenu la lettre, bien que certains aient refusé d’être nommés par crainte de représailles.

C’est mon rêve d’organiser un mariage humaniste.

Faridah, stagiaire célébrante humaniste

Une pétition distincte a recueilli 417 signatures de personnes en faveur des mariages humanistes en Ouganda. L’AHCN distribue également des brochures et diffuse des publicités sur les stations de radio locales, faisant la promotion des fugues et des mariages humanistes dans les parcs de safari, en plus des cérémonies de baptême et des funérailles humanistes.

Pour le moment, ces mariages ne sont pas officiellement reconnus, de sorte que les couples qui échangent des vœux humanistes doivent également avoir un mariage civil. Outre l’Ouganda, l’Association humaniste pour le leadership, l’équité et la responsabilité (HALEA) basée à Kampala et ses partenaires forment des célébrants au Kenya, en Tanzanie, au Rwanda, au Burundi, au Nigeria, au Ghana, au Zimbabwe, au Malawi et en Sierra Leone.

L’Ouganda a été le premier pays à enregistrer une organisation humaniste, l’Uganda Humanist Association (UHASSO), au milieu des années 1990. Les écoles humanistes ont commencé à apparaître au milieu des années 2000; aujourd’hui, il y en a plus de 16 à travers le pays. Kato Mukasa, un avocat qui dirige l’AHCN et est le président de l’UHASSO, dit qu’une enquête menée entre février 2018 et février 2020 montre que le pays compte plus de 3000 humanistes. Et de nombreux autres humanistes n’ont peut-être pas officiellement reconnu leurs croyances en raison de la stigmatisation associée, suggère Mukasa.

«Ma voiture a été incendiée, ma maison a été attaquée deux fois, nos bureaux ont été attaqués de 2012 jusqu’à récemment», dit Makusa. «Les haineux des athées et des humanistes vous laissent un espace de trois mois pour vous reposer et venir vous attaquer à nouveau.

Mukasa admet qu’il ne sera pas facile d’introduire des mariages humanistes légaux en Ouganda. «La majorité des gens ici sont très religieux – ceux au Parlement qui prennent des décisions dans les ministères sont tous très religieux», dit-il. «Ils nous regardent comme des étrangers, comme des gens un peu bizarres ou anormaux.»

Pourtant, le seul «anormal»
la pratique proposée par les humanistes est la légalisation des cérémonies conçues
par le couple, sans Dieu dedans.

Faridah, 23 ans, qui n’a pas voulu donner son nom de famille, est née musulmane dans l’est de l’Ouganda. Après le divorce de ses parents, sa mère s’est remariée avec un chrétien. Faridah a découvert l’humanisme à l’âge de 13 ans grâce à un débat organisé par HALEA dans son école chrétienne; plus tard, elle a cessé de porter un voile. Lorsqu’elle a révélé ses croyances à ses parents, ils ont temporairement cessé de payer ses frais de scolarité et elle a raté un trimestre scolaire. Faridah a ensuite été attaquée par un membre de sa famille qui s’est cassé le doigt.

«C’est mon rêve d’organiser un mariage humaniste», déclare Faridah, qui a suivi 15 mois de formation de célébrant humaniste en ligne avec environ 17 autres Ougandais, dont des banquiers, des entrepreneurs et des comptables.

Giovanni Gaetani, responsable de l’engagement des membres chez Humanists International, basé à Londres, qui finance des projets visant à encourager les mariages et les funérailles humanistes en Ouganda et en Lituanie, affirme que la popularité de ces cérémonies augmente à l’échelle mondiale. L’Écosse, par exemple, a eu plus de mariages humanistes que de mariages chrétiens en 2019.

En Ouganda, cependant, il y a toujours un recul. Mgr Jacinto Kibuuka, président du Conseil œcuménique chrétien d’Ouganda – qui se compose de six églises – dit qu’ils rédigent un document adressé au Parlement pour bloquer les efforts visant à légaliser les mariages humanistes. «Nous prions pour que Dieu sauve l’Ouganda de cette terreur, de cette vision du mal», dit-il.

Selon Mukasa, le ministère de la Justice est toujours en consultation avec le Bureau ougandais des services d’enregistrement, une agence gouvernementale semi-autonome chargée de l’état civil, et a promis de répondre à l’AHCN. Il dit que les humanistes ougandais iront devant les tribunaux en dernier recours, si nécessaire. «  »[The court] nous rendra finalement justice », déclare Mukasa, citant l’enregistrement légal réussi des mariages humanistes en Irlande et en Angleterre. «Nous avons un bon précédent juridique et de grandes chances de succès devant les tribunaux.»

Plus d’article sur le